Le double appel d’urgence du maire de Monze, village en danger

  • Le double appel d’urgence du maire de Monze, village en danger
  • Appel aux dons : renseignements plus bas

 

 

 

A peine réparés les dégâts causés aux infrastructures du village par les inondations d’octobre 2018,  le petit village de Monze a été frappé de plein fouet par une deuxième catastrophe naturelle de la plus grand importance le 14 août 2019 : un gigantesque incendie. « Le plus gros de ces dernières années en France », ont précisé les élus de la commune et les représentants de l’ONF, lors d’une conférence de presse, le 27 novembre dernier.

Le maire Christian Caverivière, dépité devant l’inaction de certains, soucieux de préserver l’éco-système et surtout d’assurer la sécurité de ses concitoyens, a lancé un appel général aux dons et souligné l’urgence de la situation « avant qu’un autre malheur n’advienne ».

« En France, on donne des leçons. On s’apitoie sur les hectares de forêts amazoniennes ou australiennes détruits par les flammes. Et à Monze, qui s’en soucie ? Le sort des petites communes préoccupe-t-il la Nation ? Qui est prêt à nous aider ? ».

« C’est un patrimoine national, sur la route entre la magistrale Cité de Carcassonne et l’abbaye bénédictine de Lagrasse, deux monuments visités par des millions de touristes, qui a été ravagé et qu’il faut reconstruire. C’est un travail titanesque qui nous attend. J’appelle donc les Français quels qu’ils soient, et même les étrangers qui le souhaitent, les particuliers, les chefs d’entreprises, les généreux mécènes, les collectivités, les associations à nous aider ».

« 50 000 m³ de bois, plantés par nos parents et nos grands-parents, ont été détruits. Rien que cela représente une perte sèche de 800 000 €, soit l’équivalent de trois années d’investissement pour notre petit village de 230 âmes », affirme le maire. « Il faut compter entre 7 500 € et 9 000 € pour replanter un hectare », estime Christophe Jauneau, responsable de l’unité territoriale de l’ONF.

Christian Caverivière insiste aussi sur l’intérêt à le faire : « Il en va de la sécurité des gens. Les embâcles peuvent former des barrages sur les bassins versants, qui peuvent céder un jour d’épisode méditerranéen et avoir des effets dramatiques sur le village... », confirment Florent Cathary et Antoine Gay, ses adjoints.

Les élus veulent faire les choses dans le bon ordre. « Plutôt que de présenter des projets qui ne seront peut-être jamais réalisé, réunissons d’abord  les fonds nécessaires pour le faire. Nous comptons sur la générosité de tous ! ».

 

  • Les dons sont à adresser directement à la mairie de Monze, ancien village fortifié en danger qui, tel le Phénix, espère bien renaître de ses cendres…
  • Mairie de Monze
    3, rue Cinsault
    11800 Monze
    Tél : 04 68 78 85 39
    mairiedemonze @ orange.fr

 

Photos de la conférence de presse du mercredi 27 novembre 2019