Le Projet Pédagogique

Le Projet Pédagogique s'articule autour d'un parcours artistique individualisé de l'élève. Vous trouverez ici les renseignements généraux, les dispositifs d'évaluation et les enjeux pédagogiques et l'organisation globale pour les ados et les adultes. Les enfants sont au cœur d'une pédagogie ludique et de découverte.

  • Le parcours artistique, ados/ adultes

Le Parcours Artistique (PA) en arts plastiques est le cœur de la pédagogie. Au regard des habitudes prises par de nombreux élèves, il est nécessaire de dépoussiérer l’apprentissage des arts plastiques de l’ensemble des notions liées aux savoir-faire. Il faut valoriser le PA pour favoriser la réflexion, l’épanouissement des pratiques amateurs : le préalable à toute étude de nouvelle structuration de l’enseignement artistique. La présence d’amateurs dans des cours à la carte sans limites d’apprentissage est l’écueil souvent constaté dans les écoles. Ils viennent pour passer un moment en compagnie d’un professeur qu’ils connaissent bien sans en retirer de véritable apprentissage par habitude. Cette situation n’est pas non plus favorable au professeur qui ne peut construire une pédagogie à moyen ou long terme. Mais il se trouve dans une sorte de répétition pédagogique quand il s’agit de continuer au-delà de 4 à 5 ans voire plus. Une autre problématique existe, l’absence totale de créativité. En effet, pour ces élèves qui sont sur un positionnement de pratiques rassurantes basé sur le rabâchage de savoir-faire maîtrisés plus ou moins. L’enjeu est donc de vider peu à peu ces cours vers la création d’une entité appelée : (parcours artistique — PA). Ce qui permettrait de regrouper les savoirs, les savoir-être, les techniques à un véritable projet conçu dans une temporalité.

Cette solution représente un avantage intéressant d’un point de vue organisationnel et économique. La création des parcours n’obère en rien la continuité des cours à la carte. Il faudra simplement réduire leur durée à quelques années seulement et éventuellement peu à peu orienter les élèves en fin de pratique à la carte vers les PA quitte à leur octroyer des crédits spécifiques en terme d’équivalence.

  • Evaluation et enjeux pédagogiques

Chaque fin d’année, les pratiquants du parcours artistique devront passer une évaluation appelée « Projet de fin d’année ». Il sera sous forme de présentation de dossier et d’un entretien avec un jury. Celui-ci ouvrira (ou non) le droit de passage dans l’année supérieure. Une grille d’évaluation basée sur les objectifs définis en début d’année en collaboration avec les professeurs référents servira de base.

A noter : Dans le cadre du parcours artistique, l’élève définit son programme. Il construit et imagine le chemin qu’il doit parcourir jusqu’à l’évaluation finale.

L’idée est de proposer à nos élèves une véritable réflexion sur les contenus de l’art contemporain. La formation offerte aux pratiques amateurs doit avoir le même degré d’exigence que l’enseignement dispensé en école supérieure, tenant compte d’une temporalité différente.

Mais, les attentes en terme de production et de réflexion doivent être les mêmes. Sortir les pratiques amateurs d’une vision traditionnelle et d’une accumulation stérile de savoir-faire semble être un des moyens pour mobiliser des énergies autour de la création contemporaine faisant écho à une ambition plus large de démocratisation des apprentissages artistiques.

La prise en main par les élèves de leurs parcours d’apprentissage singulier et personnalisé instille en chacun d’eux un regard autonome sur la création d’autrui. Chacun peut alors envisager le travail de l’autre comme un chemin différent, mais aussi comme le même tant ils sont confrontés tous aux mêmes problématiques de création.

  • Organisation et temporalité du parcours artistique

À partir de cette structuration, nous proposons aux élèves amateurs une formation sur plusieurs années découpée en cycle de compétences. A priori, trois cycles pourraient recouvrir la totalité des compétences demandées aux élèves en fin de parcours. Un diplôme de fin de cycle viendrait conclure le parcours artistique. Cet examen dans le style d’un diplôme classique en école d’art aurait deux parties :

  • Validation de l’ensemble des crédits gagnés dans les cycles.
  • Présentation du travail et confrontation à un jury.

L’enjeu est de proposer aux élèves un chemin singulier, encadré par les professeurs et composé de plusieurs parties : 

  • Les apprentissages classiques 
  • Savoir-faire
  • Savoir-être
  • Techniques
  • Théorique

D’un suivi personnalisé par un référent pédagogique.

L’élève construit son parcours à son rythme en dégageant deux priorités dans son projet : la coloration majeure correspondant à une grande direction (ex. : Image, peinture, art numérique, …) La coloration mineure correspondant à des intérêts moindres, mais cependant importants dans la coloration générale du parcours artistique (ex. : gravure, aquarelle, photo, …) La notion de majeure et de mineure est un préalable qui doit être établi en collaboration avec le professeur référent.

Les trois cycles correspondent à cinq années d’études chacun donc un total de 15 années sur les 3 cycles.

L’élève ne sera pas obligé de faire les cinq ans pour obtenir la validation de cycle.  Prenons le cas d’un élève particulièrement avancé et disposant de temps, le professeur référent pourra réduire conséquemment l’arrivée en fin de cycle. La gestion du temps des études s’adapte donc au profil de chacun.  Le professeur référent sera en charge de l’analyse des compétences de chaque élève afin d’évaluer leur capacité à présenter la fin de cycle. Les élèves des cours à la carte pourront, à tout moment, par un système d’équivalence regagner le parcours artistique.

  • Pour les enfants, une pédagogie adaptée !

L’enjeu dans les cours pour les enfants est de privilégier l’expérimentation. Ils ont besoin de posséder un éventail très large d’expériences diverses. La spécialisation n'est pas recherchée. Pour cela, il sera mis en place un cours d’une heure et demie qui sera repris chaque trimestre par un professeur différent. Cette pratique a pour but de donner aux enfants une vision multiple des arts plastiques sans les cantonner dans une pratique quelques fois pauvre et répétitive.

À cela, viendra s’ajouter une heure d’histoire de l’art. Le professeur d’histoire de l’art choisira une pédagogie ludique.

  • Organisation :

Les enfants seront divisés en deux parties, collégiens et primaires, nous ne ferons pas de catégories intermédiaires par âges ou par classe. Trois professeurs seront sur la même barrette horaire ce qui permettra aux élèves de changer de cours sans modifier leurs emplois du temps. On regroupera les trois classes pour offrir le cours d’histoire de l’art.

Le nombre de professeurs et de classes sera évalué en fonction du nombre d’élèves prévus sachant que nous ne pouvons pas accueillir plus entre 12 et 15 élèves dans chaque classe. Ce qui représente en primaire 72 élèves et 90 en collège. C’est-à-dire 6 classes de 12 et 6 classes de 15, le total horaire professeur pour les enfants est de deux fois 9 h par semaine.

Cependant une question reste encore ouverte c’est celle des enseignements complémentaires que nous pourrions offrir aux élèves qui voudraient une spécialisation dans une discipline particulière des arts plastiques comme : la bande dessinée, la photo ou autre. Il serait possible pour  certains d’entre eux de suivre un cours de spécialisation qui viendrait en supplément de l’heure et demie de pratique obligatoire.

  • Contenus :

Les élèves devront appréhender plusieurs techniques et savoirs faire en réalisant un ou deux projets par trimestre en fonction de la dimension de ce dernier. Les projets pourront éventuellement se continuer d’un cours à l’autre et s’imaginer sur l’année.

Afin de faire un lien entre les différents professeurs, chacun d’eux devra veiller à l’élaboration d’un cahier de recherche qui sera en possession de l’élève et qu’il fera suivre tout au long de l’année. Il faudra veiller à l’esthétique de ces cahiers, car nous pourrons aussi les exposer à la fin de l’année. Ils servent aussi à faire un lien avec les parents qui peuvent s’approprier les travaux et le parcours artistique de l’élève dans les cours d’arts plastiques.

À la fin de chaque année scolaire, il sera organisé une exposition rassemblant l’ensemble des travaux des élèves. Celle-ci sera scénographiée par les professeurs des courts enfants.